RDC : Marier ou cohabiter avec une fille de moins de 18 ans est un viol

20 Mai 2014 , Rédigé par Journalistes-Démocratie-Droits Humains Publié dans #News

Cohabiter avec une fille de moins de 18 ans est une infraction de viol passible de 6 mois à 5 ans de prison. La pauvreté et la coutume ne constituent guère des justifications.

Rachel, 20 ans, de Cirhagabwa dans le territoire de Kabare vit en concubinage depuis 5 années avec Bisimwa qui l’avait engrossée à l’âge de 16 ans et duquel elle a eu un petit garçon à l’âge de 17 ans.

« J’ai dus me marier précocement à cause de ma marâtre qui me maltraitait après la mort de ma mère. Je n’allais plus à l’école et voulait avoir une protection. Mon mari est un portefaix et la vie reste pénible », explique-t-elle.

Tantine de Panzi dans la commune d’Ibanda a le même âge que Rachel et est également marié depuis bientôt 4 ans. Elle déclare avoir abandonné, à 17 ans, les études, quittée de son propre gré le toit paternel pour aller vivre avec un homme assez friqué de 35 ans qui, une année après, s’est mis à boire comme un trou et devint très agressif.

« Sentant que ma vie est en danger, j’ai décidé de fuir avec mon bébé de 6 mois et de rentrer chez mes parents sans même lui dire au revoir », regrette cette dame aujourd’hui âgée de 20 ans et inscrite en 4e année secondaire au Complexe scolaire La Sapinière. Elle propose que ce type d’hommes qui profitent de l’ignorance des mineures pour les abuser soient déférés à la justice.

(Photo Thoms Luaya)

Dans nombreuses familles, la pauvreté pousse des filles mineures à se marier tôt. D’autres jeunes filles sont dupées, exploitées par des hommes véreux suite à leur ignorance. «Nous avons reçu de nombreux cas des jeunes filles trompés par des hommes qui leur ont promis monts et merveilles. Ainsi elles ont été abusées car ignorantes » précise Solange Lwashiga, secrétaire exécutive du Caucus des femmes congolaises pour la paix.

« Nombreuses filles abandonnent ainsi les études en cours de route, elles sont torturées dans leurs soit disant ménages et voient ainsi tout leur avenir compromis » précise Solange Lwashiga.

La loi puni aussi les complices

Les mariages précoces constituent pourtant une infraction dont et les auteurs et les complices sont punissables. « Ainsi les parents, frères ou sœurs qui assistent sans dénoncer ou participent à la conclusion de tel mariage doivent aussi être sanctionné pour viol ou complicité de viol » soutient Me Pappy Kajabika, responsable de l’ong Vision sociale. Celui-ci regrette que souvent ces agissements se passent au vu et au su des autorités censés faire respecter la loi.

Selon l’article 170 de la loi réprimant le viol en RDC« est réputé viol à l’aide de violences le seul fait du rapprochement charnel de sexes commis aux enfants âgés de moins de 18 ans ».

Le consentement de la victime ou des parents dans ces circonstances est sans valeur précise la même loi qui interdit les arrangements à l’amiable en cas de viol.

Pour le bien de ces filles mineures, le commandant de la police de protection de l’enfant au Sud Kivu, le colonel Honorine Munyole conseille les habitants à dénoncer tout cas de viol commis contre les jeunes filles. « Ces viols sont souvent déguisés en mariage avec la bénédiction de certaines familles » regrette le colonel Honorine. Selon elle, aucun de ces mariages n’est valable devant la loi.

Elle avertit ceux qui prétendent conclure le mariage avec des mineures et ceux qui ont reçu des dots pour de tels prétendus mariages qu’ils sont passibles de 5 ans de prison ainsi que des amendes.

Par Espérance Mwira Njuci / Etudiante ETJ

Lire aussi sur: http://speakjhr.com/2014/05/rdc-marier-ou-cohabiter-avec-une-fille-de-moins-de-18-ans-est-un-viol/
RDC : Marier ou cohabiter avec une fille de moins de 18 ans est un viol

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article