Bukavu : Les personnes vivant avec handicap accèdent difficilement à l’emploi

12 Juin 2014 , Rédigé par Journalistes-Démocratie-Droits Humains Publié dans #News

Avec ou sans études, avec ou sans compétences, les personnes vivant avec handicap éprouvent d’énormes difficultés pour accéder à l’emploi en RDC. Au Sud Kivu, des voix des personnes vivant avec handicap se lèvent pour réclamer le droit à l’emploi.

Blaise Bulonza est le coordonnateur de l’Initiative pour l’avenir meilleu (INAM) une ONG locale qui défend les personnes vivant avec handicap. Il ne cesse de rappeler que les personnes en situation de handicap physique détiennent toutes les capacités pour travailler« Nous sommes seulement des handicapés physiques et non mentaux» insiste-t-il. Avec son organisation, Blaise mène des plaidoyers depuis quelques années pour que soient intégrées les personnes vivant avec handicap dans différents domaines de décision dans la province du Sud Kivu, notamment l’accès à l’emploi des handicapés « Même si vous êtes compétent, même si vous avez les atouts par rapport au poste proposé, si on remarque seulement que vous avez un handicap on déclasse votre candidature » déplore-t-il.

Blaise le déclare en connaissance de cause. Son ami Muderwa, licencié en sciences sociales a un handicap au niveau de la jambe. A l’université, Muderwa était brillant. Mais aujourd’hui il ne sait toujours pas trouver d’emploi « J’ai même proposé à un tenancier de boutique de m’engager comme vendeur il m’a simplement dit que je suis invalide. J’ai été choqué » témoigne Buhendwa.

Georgette, elle, est infirme de deux jambes. Elle a fait ses études en coupe et couture au centre Heri Kwetu. Un centre d’encadrement des personnes vivant avec handicap à Bukavu. Après plusieurs tentatives elle a fini par trouver de l’emploi dans un atelier de couture. « Après deux mois de travail, on a commencé à se moquer de moi car j’avais difficile à me mettre debout pour prendre les mesure des clients pourtant je confectionnais correctement les habits des clients. J’étais victime des railleries, moqueries, mépris, discriminations et autre formes de tortures morales » relate-t-elle froidement.

Sous la pression de la stigmatisation, Georgette a fini par abandonner son travail. Suite au chômage et la grande pauvreté, aujourd’hui elle est devenue mendiante au rond-point Feu Rouge dans la commune d’Ibanda.

Etre son propre chef

Dans nombreux lieux de service, les employeurs sont froids à employer les personnes avec handicap. « Je ne peux pas employer une personne vivant avec handicap dans ma boutique » nous a catégoriquement déclaré un tenancier de boutique au marché de Nyawera dans la commune d’Ibanda. A quelques mètres sur l’avenue Vamaro, dans la même commune, Etienne, responsable d’un atelier de menuiserie reprend les mêmes propos estimant que les personnes vivant avec handicap sont incompétentes.

« Si déjà accéder à l’emploi pour des personnes dites normales est un grand combat, il est normal que les personnes vivant avec handicap soient encore dans des pires situations. Trouver du travail chez nous est un grand combat »estime pour sa part le sociologue Etienne Zirhumana.

Pour Blaise Bulonza, il s’agit là des préjugés que la communauté a sur lespersonnes vivant avec handicap « Dans certaines coutumes on dit qu’être handicapé est une malédiction. Certaines églises véhiculent aussi ce message-là. C’est de là que partent tous ces préjugés »

Pour vaincre cette situation, certaines personnes vivant avec handicap s’emploient pour être leurs propres patrons. « Il y a des amis menuisiers qui ont fabriqué leurs propres ateliers de menuiserie et ça marche, il y a des ateliers de couture qui prospèrent, etc. » observe Blaise Bulonza.

D’autres vont loin en créant leurs propres ong. C’est le cas de Blaise Bulonza qui défend les droits des personnes vivant avec handicap à travers son organisation. Eric Kajemba, aveugle de son état, a lui créé l’Observatoire Gouvernance et Paix, OGP, une organisation dont lui-même est coordonnateur. Eric est aujourd’hui devenu spécialiste en matière de transparence dans la gestion minière. Il emploie aujourd’hui une dizaine d’agents valides et bénéficie de nombreuses subventions.

Gilbert Munganga est aussi aveugle. Il s’est décidé de ne jamais mendier. Pour survivre, il fabrique des œuvres d’art comme des stylos en bois, ouvre-enveloppe et des statuettes.

L’Etat devrait s’impliquer

La constitution de la RDC à son article 36 stipule que le travail est un droit et un devoir sacré pour chaque congolais. A son article 49, alinéas 2 elle dispose que l’Etat a le devoir de promouvoir la présence de la personne avec handicap aux seins des institutions nationales, provinciales et locales.

« Si l’Etat appliquait les prescrits de la loi en nous donnant du travail nous ne souffrirons plus, nous ne serons plus négligés par tous, nous ne serons plus considérés comme mendiant(e)s et pourrions scolariser nos enfants. » déclare Fariala Mangaza présidente de l’AEPIFHA (association d’encadrement pour la promotion des femmes vivant avec handicap au Sud Kivu).

Pour Gilbert Munganga le gouvernement doit faciliter la tâche aux personnes vivant avec handicap « le gouvernement doit aussi créer un environnement prometteur pour l’écoulement de leurs productions » déclare-t-il.

« Il est absolument nécessaire et utiles que le gouvernement mette en application des lois nationales et internationales sur la promotion des personnes vivant avec handicap » plaide pour sa part Blaise Bulonza. « Nous demandons aussi aux autorités de mettre sur pied des stratégies pour amener la population à comprendre qu’une personne vivante avec handicap est une personne comme les valides et à droit d’accéder au travail comme tout citoyen car tout le monde peut devenir personne vivant avec handicap sans le vouloir » conclut-il.

Rosine Aweza Migabo

Lire aussi sur http: //speakjhr.com/2014/06/bukavu-les-personnes-vivant-avec-handicap-accedent-difficilement-lemploi/

Femmes vivant avec handicap dans leur atelier de couture. (Photo Rosine Aweza)

Femmes vivant avec handicap dans leur atelier de couture. (Photo Rosine Aweza)

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article