Goma: Des personnes handicapées trouvent difficilement de l’emploi

21 Janvier 2016 , Rédigé par Journalistes-Démocratie-Droits Humains

Ayant compris cette difficulté, certaines personnes handicapées se sont spécialisées dans l’art pour gagner leur vie. Ph. Freddy Mata
Ayant compris cette difficulté, certaines personnes handicapées se sont spécialisées dans l’art pour gagner leur vie. Ph. Freddy Mata

A Goma, dans la province du Nord Kivu, trouver de l’emploi constitue un problème pour les habitants. La situation est encore plus compliquée pour des personnes en situation de handicap. Pourtant, elles jouissent aussi du droit d’accès à l’emploi garanti par la constitution.

« J’ai été sélectionné pour une entrevue dans une ONG locale pour un poste de superviseur terrain. Mais quand le coordonnateur m’avait tout simplement vu marcher en boitant, il m’a découragé soi-disant que mon état ne me permettait pas de mieux faire le travail. J’ai été immédiatement recalé », s’indigne Deby Kubaghuranzi, licencié à l’Institut supérieur de développement rural des Grands Lacs (ISDR/G.L). Comme Deby, nombreuses personnes en situation d’handicap subissent la même situation à la quête de l’emploi. Pourtant, nombreux parmi eux affirment détenir des capacités requises pour occuper certains postes au même titre que les personnes sans handicap.

Les employeurs se défendent

Pour certains employeurs, accepter une personne en situation d’handicap ne facilite pas l’évolution normale du travail. « Notre organisation a besoin d’œuvrer avec une personne capable de s’émouvoir rapidement… », justifie Joseph, un employeur de Goma.

« Nous avions un handicapé. Chaque fois quand nous allions sur le terrain dans le territoire de Masisi, il fallait que d’autres agents les soulèvent pour le placer dans le véhicule. C’était une charge de plus pour mes agents », justifie pour sa part Musenge George, responsable d’une ONG locale.

Ainsi, la simple apparence d’un handicapé constitue, très souvent, la cause de son élimination à la course pour l’emploi. « Une personne peut présenter une infirmité mais détenir des fortes connaissances pour l’amélioration du travail », observe pour sa part Me Augustin Cirimwami, juriste. Selon lui, le fait de discriminer les personnes en situation de handicap constitue une violation des droits de l’homme. Selon l’article 36 de la Constitution, « Le travail est un droit et un devoir sacré pour chaque Congolais. L’Etat garantit le droit au travail, la protection contre le chômage et une rémunération équitable et satisfaisante assurant au travailleur ainsi qu’à sa famille une existence conforme à la dignité humaine…».

Des personnes handicapées combattent les préjugés

Si certains employeurs s’opposent à l’embauche des personnes handicapées dans leurs entreprises, d’autres par contre restent ouverts. « Léontine est parmi mes agents les plus compétents qui me produisent des bons résultats »,témoigne fièrement Benoit Nianda, directeur provincial de la Direction générale des douanes et accises de Goma. Léontine, paralysée des deux jambes, assume en effet, les fonctions de vérificateur principal à la DGDA Goma. Malgré son handicap, elle a su s’intégrer dans le milieu professionnel et à bien faire son témoignage. « Si certains handicapés ne s’en sortent pas dans leur travail, c’est peut-être parce que les travaux qu’ils effectuent ne sont pas adaptés à leurs conditions physiques », affirme-t-elle.

Elle encourage les employeurs à donner leur chance aux personnes en situation d’handicap afin de prouver de quoi elles sont capables. Ce qu’encouragent aussi les organisations de promotion des personnes en situation de handicap de Goma. « Nous demandons à tout les handicapés de se rendre utiles dans la société pour que des embaucheurs cessent de nous prendre comme des invalides et incapables…» souligne Désiré Manyuku, chargé de projet au programme d’assistance et protection des handicapés (PAPH), une organisation des personnes handicapées. Il recommande, par ailleurs, aux employeurs d’adapter les milieux du travail et les tâches aux aptitudes des handicapés qui exercent dans leurs structures.

Gislain Baraka

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article