Au Sud Kivu les handicapés s’unissent pour accéder à l’emploi

29 Juin 2012 , Rédigé par Journalistes-Démocratie-Droits Humains Publié dans #News

Déterminés à alerter les institutions nationales et internationales sur leurs difficultés à trouver un travail correspondant à leurs compétences, les handicapés du Sud-Kivu ont regroupé leurs forces dans une plate-forme d'OSC spécialisées.

 

La promotion des droits des handicapés doit être partout le challenge de la communauté internationale et sa préoccupation quotidienne″, croit fermement Bulonza Blaise de Saint Michel. Le coordonnateur d’Initiatives pour l’avenir meilleur (Inam), une association spécialisée, l'a dit avec ces mêmes mots le 26 avril dernier, dans une déclaration sur la situation de ces personnes au Sud-Kivu en particulier et en RD Congo en général. Déclaration envoyée à différents représentants d'institutions nationales et internationales.

Ce texte a déjà trouvé un écho favorable auprès des autres OSC qui encadrent les handicapés dans cette même province. Il avait pour but d’amener les décideurs à prendre des mesures favorisant l’accès de ces personnes à l’emploi. "Même si beaucoup d'handicapés sont plus compétents que des valides, dans toutes les offres d’emploi, on encourage pas et on ne fait pas allusion à leurs candidatures", regrette Eric Kajemba, handicapé et coordonnateur de l’Observatoire gouvernance et paix (OGP).

Il espère que la mise en place d'une synergie de ces organisations les aidera à mieux faire entendre leur voix. "Dernièrement, nous avons opté pour un travail en concert et convenu de nous rencontrer chaque trimestre pour une évaluation de nos activités. C'est un bon départ !" se félicite-t-il. Cette réunion, tenue à Bukavu en avril dernier, a regroupé une petite dizaine d'ONG : Association congolaise pour la libération et le développement de la maman handicapée (Acoldemha), Synergie des associations des aveugles pour le développement intégré (Sadi), Synergie des amis des personnes vivant avec handicap (Sapha), Inam, OGP, etc.

 

Handicapés physiques, mais pas mentaux !

Plusieurs activités ont depuis été réalisées : recensement des différentes associations spécialisées, réflexion autour de plaidoyers communs, cooptation de personnes avec handicap dans les assemblées provinciales, leur promotion à différents postes dans les institutions, etc. La proposition d’édit portant protection des handicapés pour un meilleur accès à l’emploi a déjà été endossée par un député provincial. Reste à cette assemblée à le voter.

Un bon début, même si les handicapés sont bien conscients du long travail qui les attend... "La famille, l’école, la société en général… On ne donne pas beaucoup de chances à l’enfant avec handicap”, s’inquiète Neema Mamadamu. La coordinatrice d'Acoldemha reste malgré tout confiante que leur combat aboutira. Me Benjamin Muyangayanga est l’un des avocats les plus appréciés de la ville, même s'il est, lui aussi, handicapé. "Il est talentueux ! Je crois qu’il est temps que les gens réalisent qu’un handicap physique n’est pas un handicap intellectuel et bannissent les préjugés″, insiste Ladislas Buhendwa, un client ayant bénéficié de son assistance.

Me Muyangayanga encourage les handicapés à s’unir et leur conseille d'éviter de se plaindre pour réussir leur lutte. Il reconnaît toutefois aussi le rôle et la responsabilité de l’Etat : "Les dirigeants n’appliquent aucune politique en faveur de cette catégorie de personnes, alors que l’article 49 de la Constitution prône la promotion de leur présence au sein des institutions du pays à tous les niveaux″. D’autres pensent que la situation des handicapés n’est qu’une conséquence de la condition globale du pays. "Leurs revendications sont légitimes, mais il faut analyser le problème de manière globale. Tout le monde sait que l’accès à l’emploi reste un problème réel pour la plupart des Congolais, y compris les valides″, estime Gilbert Ngongo, vice-président de l’Assemblée provinciale du Sud-Kivu.

 

David Ndagano Mweze

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article