Bukavu, les travailleurs célèbrent leur journée... en difficulté

2 Mai 2012 , Rédigé par Journalistes-Démocratie-Droits Humains Publié dans #News

La journée internationale du travail a été célèbre ce 01 mai à Bukavu; Les fonctionnaires de l’état, les agents du secteur privé ont défilé sur l’artère avenue patrice Lumuba jusqu’à la place de l’indépendance où différentes allocutions ont été prononcées par les autorités. C’est sous un soleil accablant de midi accompagné de la fanfare de la police nationale congolaise que les fonctionnaires de l’état et ceux de secteur privé ont défilé devant la tribune de la place de l’indépendance pour célébrer la journée du travail.

 

Une journée célébrée sur fond de controverse entre employeur et travailleur qui se plaint toujours de ses  arriérés et mauvaises conditions de travail. Aime jules Murhula, enseignant d’université pense que le travailleur ne doit pas défiler pour célébrer cette journée car selon lui, au Congo, il n’ya plus du travail.

Dans la foulée, on signale la présence du président provincial de la confédération syndicale du Congo, Lumba Bahizi qui estime selon lui que défiler n’est pas synonyme de fêter mais de rappeler aux autorités qu’elles doivent améliorer leurs conditions de vie des travailleurs De son coté, ce jeune fonctionnaire de l’Etat qui a gardé l’anonymat déclare avoir défilé par contrainte, justes pour éviter qu’il soit blâmé par son employeur.

 

Malgré le défilé, bon nombre de travailleurs estiment n’être pas content de leurs situations de vie ; c’est le cas des enseignants qui ont passé la journée dans la méditation. Certains observateurs pensent que La révolution de la modernité prônée par le chef de l’etat devrait commencer par l’amélioration du social du peuple congolais surtout du travailleur….. une matière prioritaire sur la table du gouvernement matata ….

 

Femmes victimes au travail

Les femmes travailleuses doivent dénoncer tout acte de discrimination et d’harcèlement qu’elles subissent dans l’exercice de leur profession. Ce message est des certaines femmes que nous avons rencontrées lors des manifestations de la célébration la journée internationale du travail ce mardi premier Mai sur les artères de la ville de Bukavu. Selon l’enseignante à l’université officielle de Bukavu, UOB, Safi Ngalya ; les femmes sont victimes de violences professionnelles parce que certaines sont incapables de travailler et se créent des protections, des parapluies. De son coté Georgette Nkunzi de l’association des femmes juristes du Congo, AFEJUCO, indique qu’il y a des employeurs qui conditionnent la promotion professionnelle des femmes par des demandes de certaines faveurs sexuelles. Elle insiste sur la dénonciation de tels harcèlements en s’appuyant sur la loi sur les violences sexuelles. Pour Ngalya et Nkunzi, les questions pareilles devraient être débattues dans le cadre de la célébration de la journée internationale de travail en RDC.

 

Furaha Chitera

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

PATRICK 26/05/2012 10:05


Les travailleurs ne feront qu'être distrait par les politiciens. Avec 35 000fc (moins de 50$) par mois? et ils acceptent de défiler? et les chefs se tapent plus de 6000$????pfuuuuuu