Familles rackettées, moins de visites et moins de nourriture aux détenus

26 Avril 2012 , Rédigé par Journalistes Démocratie Droits Humains Publié dans #News

Visiter un détenu à la prison centrale de Bukavu coûte entre 1000 francs et 2000 francs congolais. Ces frais sont perçus par les policiers commis à la garde de la prison et le comité du président des prisonniers dit  « Kapita général ».Une pratique illégale qui décourage les bonnes volontés.

Le mari d’Angela est incarcéré dans la prison centrale de Bukavu dans la province du Sud Kivu depuis 48 heures.  A 13 heurs, elle s’assoit devant l’entrée qui mène à la grille centrale de la prison avec ses assiettes emballées dans un foulard. " Je suis venu depuis le matin  apporter la nourriture à mon mari. Mais on m’interdit l’entrée parce que je n’ai pas d’argent" confie-t-elle. A côté d’elle, Furaha Chihamba partage aussi le même sort. Elle est venue de Mugogo à environ 30 Km de la ville de Bukavu pour voir son frère qui venait d’être arrêté la veille. Elle tente en vain de s’expliquer aux gardes de la prison " le peu d’argent que j’avais je l’ai payé cette nourriture pour la donner à mon frère " justifie-t-elle. Claude lui vient de payer 500 fc à la garde de police qu’il vient de traverser.  " je dois encore payer 500 fc aux agents du comité des prisonniers " confie-t-il. Il n’aura pas assez de problèmes car il connait déjà la cellule où se trouve l’ami à qui il vient rendre visite  " sinon j’aller encore payer 500 fc " ajoute-t-il. 

La prison centrale de Bukavu héberge actuellement plus de 1000 prisonniers. Pour visiter un détenu, ses proches doivent payer une somme pouvant aller entre 1000 fc et 1500 fc. " Nous percevons que 500fc pour notre ration alimentaire " confie dans l’anonymat un policier. Les autres frais sont perçus et  gérés par les prisonniers eux même ajoute-t-il. Il souligne que c’est grâce à cet argent qu’ils arrivent à survivre au lieu de leur travail car le gouvernement les a " abandonnés ".

Dans l’entourage du président des prisonniers appelé « Kapita général » on souligne que ces frais sont la « contribution des visiteurs à l’alimentation des prisonniers ». Ce que rejettent les autres prisonniers détenus dans cette maison carcérale. " Ces frais sont pour le Kapita , son comité et les chefs de la prison " affirme un prisonnier.

Des visiteurs découragés, moins de nourriture aux prisonniers

" Ca fera bientôt six mois que je n’ai reçu aucune visite de ma famille " se plaint Dieudonné en détention depuis 2 ans. Ses amis se font aussi de plus en plus rare fait il remarquer. Nombreux prisonniers à l’instar de Dieudonné voient la fréquence de leurs visites diminuer avec le temps. " Pourtant, c’est à travers ces visiteurs que nous trouvons de quoi nous nourrir" fait remarqué Benjamin aussi détenu. Nombreuses personnes préfèrent diminuer la fréquence des visites. D’autres jurent tout simplement de ne plus revenir constate pour sa part Maître Pappy Kajabika, responsable de l’ONG Vision sociale qui défend les droits des prisonniers. Selon lui, "Cette pratique décourage même les personnes de bonne volonté qui veulent assister en vivre ou non vivre les détenus "  Parfois même les frais que déboursent certains visiteurs sont de loin supérieurs à la valeur de la nourriture qu'ils apportent à leurs proches en prison précise un agent de la prison centrale de Bukavu. La rareté des visites fait que les prisonniers aient aussi moins de nourritures  souligne de son côté Maître Mambo Sherula, juriste. Le gouvernement en effet, n’approvisionne plus la prison en nourriture tel que le lui exige la loi sur le régime pénitentiaire en RDC. "Les prisonniers mangent grâce à la bonne volonté de leurs visiteurs précise-t-il. "

Une pratique illégale.

Il s’agit de la « concussion » une infraction prévue et punie par la loi précise Maître Pappy Kajabika. C’est la perception de ce qui n’est pas dû. Malheureusement tout se fait au vu et au su de tout le monde regrette-t-il. Selon lui, tous ces policiers qui perçoivent cet argent devraient être mis au cachot car c’est une pratique interdite par la loi. "La perception de ces frais devrait aussi être interdite au comité du capita général" oursuit-il. C’est illégale d’exiger l’argent pour rendre visite à un détenu reconnait aussi le colonel Ekofo, chargé de communication à la police nationale congolaise du Sud Kivu. " Nous attendons des plaintes pour agir et sanctionner sévèrement les policiers impliqués dans ces acte " note-t-il. Même son de cloche au niveau de la Division provinciale de Justice. " Nous travaillons avec certaines ONG et la police pour mettre fin à cette pratique " souline Berthe Chekanabo, chef de division provinciale de la Justice. Elle menace de sanctionner toutes les personnes impliquer dans cette situation.

Prince Murhula

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article