Faute de réglementation, les accidents se multiplient sur la route Bukavu-Kavumu.

21 Avril 2012 , Rédigé par Journalistes Démocratie Droits Humains Publié dans #News

MAL RDC Bukavu Camion 2010 128[1]

Des accidents de circulations sont enregistrés régulièrement sur la route qui mène de Bukavu à Kavumu à environ 30 Km dans le territoire de Kabare en province du Sud Kivu. Des accidents causés par l’excès de vitesse et la surcharge des véhicules causent des morts sur ce tronçon. Et ce, malgré la présence des plus de quatre postes des policiers de roulage sur cette route.

     Sur la route qui mène de la ville de Bukavu vers la cité de Kavumu à 30 kilomètres de la ville de Bukavu dans la province du Sud Kivu, plus de 5 cas d’accidents de véhicules ont été enregistrés ces 2 derniers mois. Le plus meurtrier, celui du vendredi 6 avril 2012. Un camion qui transportait des marchandises et des personnes a échoué dans lac Kivu à Amsar. L’accident a couté la vie à sept personnes parmi elles des femmes et des enfants. Plus de dix personnes ont aussi été blessés.  « Le camion était surchargé. Malgré ça le chauffeur roulait à plus de 100 Km à l’heure » déclare chauffeur de taxi, témoin de l’accident. Il ya une année, c’est un prêtre, une religieuse et un séminariste qui sont mort dans un accident au même endroit. Fin mars, un autre accident s’est produit sur cette route causant la mort d’une personne. Lundi 16 février vers 16h, c’est un mini bus qui a échoué sa course dans un ravin aux environs de Murhundu.

 La route Bukavu-Kavumu, longue d’environ 30 Km avec une largeur de 6 mètres. Trois mètres sont réservés pour  chaque bande. Cette route est l’une des rares à avoir été asphaltées de la province du Sud Kivu. Elle est marquée par des inclinaisons en forme de serpent à plus ou moins chaque 1 Kilomètres jusqu’à Mudaka, un petit centre du territoire de Kabare. A sa droite  le lac Kivu qui s’étend sur presque la moitié de la route. « Amsar est l’endroit le plus dangereux »  témoigne un chauffeur. A cet endroit plusieurs véhicules ont en effet échoué leur course dans le lac. Certains autres ont viré dans les ravins et d’autres cogné des poteaux, des arbres et parfois des personnes.

 Malgré ça, la surcharge demeure une règle sur cette route. Une voiture transporte six personnes plus le chauffeur au lieu de quatre tel que le veut la loi en province. Des camions surchargés des marchandises transportent des dizaines de personnes au dessus ce qui est aussi un grand danger. Des bus de dix huit places en transportent une vingtaine rendant souvent mal à l’aise les mouvemens du chauffeur.  

  Rouler très vite est aussi un principe sur ce tronçon. Les véhicules atteignent parfois 120Km à l’heure ou plus. Déjà, fait observer Simba un transporteur, « à cette vitesse il est facile de perdre le contrôle de son véhicule et de causer des dégâts ».

 Ce qui arrive souvent malgré la présence de plus de quatre postes de police de roulage sur cette route qui sont sensés réglementer la circulation.

 Réglementer la circulation pour limiter les accidents

 « La réglementation de la circulation sur cette route peut diminuer le nombre des accidents »  affirme un membre de la société civile du Sud Kivu. Des accidents qui se produisent sur cette route « 98 % des cas ont pour cause l’excès de vitesse » souligne un policier de roulage basé à Murhundu.

  A première vue, la réglementation de la vitesse semble libre sur cette voie variant selon la volonté de la personne au volant. « Aucun panneau de signalisation n’indique qu’il faut ralentir ou rouler à telle vitesse ici» fait observer Buhendwa un chauffeur de bus. La police sur place semble aussi ne pas trop se préoccuper de cette question. « Les roulages n’arrêtent pas pour excès de vitesse ici » confie le conducteur de bus qui glisse 500 Fc (0,5$) dans la main d’un policier de roulage à chaque poste pour « soigner les relations ».

Pourtant, la réglementation de la circulation sur cette route s’avère une priorité au vu des cas d’accidents qui s’y observent régulièrement. « En principe la vitesse maximale devrait être de 40 Km à l’heure sur cette route » indique Elodie Ntamuzinda, présidente de la société civile du Sud Kivu. Selon elle, d’autres normes de sécurité devraient être respectées. Il ‘agit entre autre « du port d’un casque en bon état pour les motards, le port obligatoire de la ceinture de sécurité et la limitation du nombre des passagers pour  les véhicules ». Elle propose aussi que soient implantés des dos d’ânes à certains endroits jugés dangereux pour « prévenir les accidents et épargner des vies humaines ». 

 PM

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

auto-ecole 24/08/2014 12:51

il faudrait prendre en compte la sensibilisation concernant les usagers de la route, même sans contrevenant