JPDDH : L’émission « A Nous la parole » évaluée avec succès

13 Septembre 2013 , Rédigé par Journalistes-Démocratie-Droits Humains Publié dans #Nos activités

La plus grande satisfaction c’est la côte décernée à JPDDH après l’évaluation de l’émission « A nous la parole" produite avec l’appui financier de DAI USAID. Ce programme a été produit en partenariat avec l’Association des femmes juristes congolaises « AFEJUCO ».

L’atelier d’évaluation s’est tenu ce vendredi 13 septembre 2013 dans la salle des réunions de DAI-USAID à Nyawera dans la commune d’Ibanda.

Il a connu la participation de 25 personnes issues de la société civile, les médias, les organisations féminine et les experts de DAI.

Les participants ont analysé l’impact de ce programme dans le changement des comportements dans les communautés locales du Sud Kivu. Ils ont également critiqué ces émissions produites par JPDDH tant dans leur forme que dans leur fond.IMG_5006.JPG

Ils ont loué l’équilibre, l’objectivité ainsi que la qualité de conduite des débats par les présentateurs lors dans ces émissions.

Les experts de DAI ont encouragé JPDDH à poursuivre dans cette voie pour contribuer davantage à la promotion des droits de l’homme et de la femme en particulier dans la province du Sud Kivu et en République démocratique du congo en général.

Rappelons que l’émission « A nous la parole » a été lancé en juin 2013 par JPDDH en partenariat avec AFEJUCO et avec l’appui financier de DAI USAID. Elle a été diffusée sur 6 radios locales partenaires à l’organisation. Il s’agit de la radio Maendeleo, Radio Iriba, Radio Neno la Uzima, Radio Universitaire ISDR, Radio Maria et radio Vision Shala toutes de Bukavu. 

IMG 5012A l’issue de l’évaluation, il a été recommandé à JPDDH et à ses partenaires d’élargir ces programmes dans les milieux ruraux et d’associer des radios communautaires rurales/

Cette activité était organisée sur initiative de DAI.

Le programme visait à donner la parole à la femme leader et faire participer l’homme aux côtés d’elle afin de lutter contre les violences dont elle est victime dans la communauté.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article